Non, nous ne sommes pas trop nombreux !!!!!!

Car, au regard de l’évolution démographique des différentes régions du monde, on constate que les facteurs expliquant une forte natalité sont très souvent liés à des conditions socioéconomiques précaires, notamment liées à une absence de sécurité sociale (incluant des programmes de planning familial et un accès à la contraception), des revenus insuffisants et une forte mortalité infantile. Ainsi, l’histoire des pays qui ont terminé leur transition démographique montre que la population a tendance à se stabiliser une fois que des systèmes de santé, d’éducation et de protection sociale sont établis (entre autres choses). Il est d’autant plus regrettable que celles et ceux qui insistent sur le problème démographique ont le plus souvent accès à ces mécanismes de protection, ce qui leur permet précisément d’envisager l’avenir avec sérénité et, qui plus est, ont une empreinte écologique bien plus problématique que celle des populations qu’ils pointent


http://www.cadtm.org/Non-nous-ne-sommes-pas-trop-nomb
reux